MESSAGES AUX ÉVÊQUES du Québec, du Canada et à l’Église.

  Message de Vérité de Dieu pour son Église actuelle   

20 SEPTEMBRE 2011

 Mes enfants de tous âges, de toutes races, de tous milieux et mes autorités religieuses catholiques du monde entier; ce soir, votre Dieu d’Amour s’adresse à vous tous mes enfants.

Depuis longtemps J’enseigne, par mon Esprit Saint, la Voie à suivre pour que chacun puisse connaître le bonheur sur terre et pour l’éternité.  Combien d’entre vous ont pris connaissance de mes enseignements, avec le cœur ?   Il y a la Bible qui est mon trésor de base pour vous guider dans l’Amour; mais il y a bien plus vous savez mes enfants.  Il y a l’Esprit Saint, mon Sanctificateur, qui agit de bien des manières au cœur du monde et partout où que vous soyez. L’Esprit Saint explique avec précision les Paroles de mon Évangile qui est si chère à mes yeux.  Par le biais de mes prêtres, évêques, diacres, religieux et moines et plusieurs de mes tous petits enfants que J’ai formés avec Amour et patience à devenir prophètes privilégiés de mon cœur de Père, Je proclame la Vérité, le Chemin pour la Vie éternelle pour vous mes enfants.

Écoutez-moi en chacun d’eux, l’un n’est pas supérieur à l’autre et aucun ne doit s’élever au-dessus de mes autres enfants et encore moins de Moi-même, votre Dieu.  Tous mes enfants doivent d’abord obéissance à Dieu; ainsi, se réalise ma Volonté dans les cœurs au service de l’humanité, de toute mon Église universelle.  Beaucoup de mes enfants mandatés spécialement à me servir, par leurs vœux ecclésiaux et sacerdotaux, ne prêtent pas attention à l’importance de m’obéir tout d’abord et posent des actions dans leur volonté humaine.  La Volonté de Dieu vient en second lieu, dans bien des cas.  Ainsi, se forme encore du désordre dans mon Église et aussi dans plusieurs de mes diocèses catholiques.  On veut servir Dieu avec parfois de bonnes intentions mais souvent dans la volonté humaine; ce qui fait que l’Église ne peut se relever de ses faiblesses actuelles.

On a oublié de m’écouter véritablement et on veut mener la barque du Seigneur en prenant la première place.  On a négligé la prière si souvent, mes enfants.  On a beaucoup de difficultés à respecter aussi mes Commandements de mon Église, de mon Amour pour vous tous.

Des enfants de Lumière sont persécutés à l’intérieur même de l’Église catholique,  même des prêtres et des évêques, ainsi que mes prophètes d’aujourd’hui, à l’occasion. 

Certains  d’entre eux  ont de la difficulté à relever la tête et à continuer à marcher avec votre Dieu.  Au lieu de vous accueillir les uns les autres avec Amour, vous analysez parfois toute leur vie et leurs actions et, par votre intelligence, ils sont condamnables de bien me servir dans mes Volontés.  Oui, mes enfants pleins de Lumière dérangent tout mon peuple qui a besoin d’être converti et de se repentir. Quand mon peuple chiale et hurle contre mes Commandements et mes Vérités publiquement, on a peur des critiques des médias et des qu’en-dira-t-on encore contre Dieu et sa droiture.

Les langues de vipères se font vite aller au détriment de mes fidèles amis : prophètes et serviteurs, prêtres et évêquesLes autorités de mon Église catholique marchent avec prudence pour ne pas ébranler, surprendre, choquer, troubler qui que ce soit, vivant dans le désordre loin de Dieu et dans le péché.  Mon peuple considère la liberté humaine correcte à tous les niveaux, sexuels et autres, et on proclame que la mort de mes enfants avortés ou euthanasiés c’est même acceptable et correct; quant cela est faux à mes yeux, mes enfants.

On tue et on jure  ne pas tuer, que cela était  humainement nécessaire pour divers motifs.   Mon peuple a perdu beaucoup de crédibilité à mes yeux, avec ses valeurs contre Dieu lui-même et la vie que Je donne en abondance, parce que Je ne Suis que l’Amour infini.

Puis, après tout ce désordre causé par les péchés de toute part et la volonté humaine, on me reproche de devenir ferme dans mes propos et exigences d’Amour pour redresser les cœurs impurs à mes yeux, pour les sauver éternellement.

Je Suis votre Père Éternel et aucun de mes enfants ne me montera sur la tête par son orgueil démesuré.  La Sagesse, c’est Moi qui la détient et Jésus, mon Fils, par l’Esprit Saint.  Cette dernière est proclamée par mes enfants de Lumière et mes Paroles de Vérité qui ébranlent mon peuple vivant dans le péché et loin de mes Commandements.  Des ouvriers à ma vigne, il y en a plusieurs; tous souffrent avec Moi, votre Dieu, devant le désordre des cœurs dans mon Église.  Réveillez-vous mes enfants et acceptez donc Ma Sagesse, car l’intelligence dont vous user n’est qu’une infime partie de mes dons. Je Suis le Chemin, la Vérité et la Vie; n’essayez pas de contester mes Paroles; elles sont là pour y demeurer à jamais.

 Plus vous contesterez mes Paroles, plus Je vais devoir être ferme avec vous mes enfants et même être très sévère, au besoin.

Je ne peux pas toujours vous bercer, comme au berceau, à l’âge adulte.  L’intelligence que Je vous donne, c’est pour comprendre ma Parole et pour que ma Parole brûle vos cœurs.  Je désire vous transformer pour le mieux dans la voie de la sainteté pour votre joie, votre paix et votre bonheur.

Mes enfants, J’aurais encore beaucoup à vous dire.  Je vous demande de mieux vous aimer les uns les autres.

Qu’avez-vous à perdre à collaborer avec Moi et à m’obéir puisque Je veux sauver mon Église qui se meurt, mes enfants? 

Je m’adresse, ici particulièrement, à mes prêtres et évêques qui refusent si souvent de croire à mes Paroles prophétiques pour l’édification de toute mon Église mondiale

Mes chers enfants, croyez en Mes Paroles, ouvrez vos cœurs et débarrassez-vous de vos ornières; cela est nécessaire

Je vous aime.  Votre Père du ciel a parlé.

Message donné à ma fidèle messagère Marie-Lucie, maintenant Lucie du Québec dans Charlevoix.

Je vous bénis mes enfants.

Mardi, le 20 septembre 2011  (fin du message : 21h58).

************************************************************


<

ON EMBARQUE

DANS MON TRAIN D’AMOUR !

OUI OU NON ?

JÉSUS LE ROI DES ROIS, FILS DU PÈRE ÉTERNEL JE SERAI VAINQUEUR CONTRE L’ORGUEILLEUX EN MON ÉGLISE.

AMEN, JE VOUS LE DIS,

JE VOUS AIME MALGRÉ

TOUS VOS

PÉCHÉS.

PARTAGEZ MA PAROLE ELLE EST VIVANTE!!!

Par ma prophétesse de confiance de mon Amour, Marie-Lucie du Québec, le 16 novembre 2010.

**********************

*******************************

 

PRIÈRE POUR LES ÉVÊQUES ET LE PAPE BENOÎT XVI

Vierge Marie, ton cœur Immaculé souffre pour les péchés des évêques de ton Fils Jésus, et tu verses toujours des larmes de réparation pour eux.

Nous te prions de les aider à vivre une union intime, abandonnés dans la Divine Volonté, afin qu’ils puissent être obéissants aux demandes du Seigneur pour l’évangélisation nouvelle.  Nous te prions pour qu’ils tournent leurs regards sur Jésus et le suivent, pas à pas, sans ajouter ou enlever des parties des plans du Seigneur pour relever son Église en grande difficultés présentement dans le monde.

Nous te prions de les rendre très humbles et forts dans la foi, en augmentant en eux la Lumière du Seigneur. 

Guide-les sans cesse en union avec ton Jésus d’Amour dans la Trinité pour que leur âme ait une soif intense des Paroles Vivantes de ton Fils.   Brûle leur cœur du feu de ton Amour pour que la louange monte en leur cœur et leur rappelle les Paroles de l’Évangile et les Paroles prophétiques de notre temps. Qu’ils puissent ouvrir leurs cœurs et leur esprit à l’agir de l’Esprit Saint sur eux et sur tous leurs frères et sœurs dans l’Église!  Qu’ils puissent rechercher l’unité avec tes enfants de Lumière et s’émerveiller des fruits de la foi des enfants de Lumière de ton Seigneur!  Qu’ils puissent tellement être humbles qu’ils reconnaîtront l’agir de Dieu, en ses prophètes actuels, de même que l’importance de cette union pour leur sanctification et leur purification par les messages prophétiques : toujours rappels des Paroles de l’Évangile!

Qu’ils puissent reconnaître leur néant, devant ton Dieu Sauveur, malgré toutes leurs connaissances, dons et charismes aux services de l’Église! Puissent-ils, Ô Mère bien-aimée, désirer ardemment l’unité avec les prophètes de ces temps, pour le salut des âmes qui souffrent dans le peuple de Dieu.   Aide-les à reconnaître que le Feu de l’Esprit Saint doit enfin pouvoir jaillir par les instruments d’Amour de ton Adorable Fils Jésus; lui qui les a formés pour secourir toute l’Église et aussi ses évêques et ses prêtres, ainsi que tous ses enfants.   Aide-les à reconnaître qu’ils sont démunis sans le secours ardent des enfants de Lumière, dont ils n’acceptent guerre facilement.

Qu’ils puissent reconnaître l’endurcissement de leur cœur, ce pourquoi ils hésitent tant à accueillir mes prophètes les laissant agir et parler afin qu’ils puissent rejoindre tout ton peuple loin de Dieu prisonnier, épris dans sa volonté humaine et sa fausse liberté, loin des commandements de ton Père. Ô douce Mère, tout avait « TOUT été prédit par tes enfants de la Salette »! Ô douce Mère, tout arrive maintenant! Ô douce Mère, vois l’abus de pouvoir où cela a mené tes hommes de foi! Ô pauvre Mère de mon Sacré-Cœur, vois tout l’orgueil  par manque de foi!   Qu’ils puissent, tes évêques et ton Pape, tout ton clergé reconnaître que les péchés des âmes sacerdotales ont eu de graves conséquences sur les âmes qui ont abandonné Dieu et la pratique religieuse!  

La confiance du peuple envers Dieu, envers tes évêques, envers tes prêtres et le Pape a ainsi diminuée, car ton peuple n’a pas compris le pardon de Dieu  nécessaire pour l’unité, et comment ton Fils Jésus est ressuscité en les cœurs par l’Eucharistie de ton enfant bien-aimé. Nous te prions de supplier Dieu le Père de brûler, à feu vif, les cœurs de tous tes évêques, de grâces immenses de son Amour et de sa Miséricorde, afin que leurs cœurs s’ouvrent totalement à l’agir de Dieu pour qu’ils deviennent Sel de la terre et Lumière du monde.                                                                                                 

Priez douce Mère pour que les évêques obéissent à Dieu le Père tout d’abord, car telle est la Parole d’Évangile.   Nous te prions aussi pour que notre Pape actuel obéisse autant à Dieu que les évêques, afin qu’ils ne puissent être qu’un seul Corps avec le Christ et un seul Corps en union avec les prophètes de ce temps. Que l’Eucharistie de ton Fils brûle leur cœur d’Amour pour la sanctification des âmes perdues depuis si longtemps et si nombreuses! Ô Clémente Mère, Ô divine Mère, Ô Mère des douleurs, priez pour eux afin que l’Église se relève de tous ses malheur, à cause des conséquences des péchés des hommes et, malheureusement, de quelques membres de tout le clergé. Ô Mère protectrice envers les évêques, protèges-les des attaques du démon qui tourmente parfois leur esprit.  

Ô bonne Mère de Miséricorde de Dieu, que leur cœur soit sans jugement, sans amertume, sans réticence à accueillir tes prophètes de vraie Lumière de Dieu et que cessent enfin toutes ses grandes mises en garde contre tes enfants de Lumière qui font douter et diviser, dans la foi, au lieu d’unir dans le Corps de ton Christ bien-aimé. Ô Mère d’espérance donne à tes évêques et à ton Pape Benoït XV1 la force d’obéir à Dieu sans condition, sans la peur, ni aucune lenteur ou hésitation à prononcer le véritable FIAT, avec ton cœur Immaculé, pour l’humanité.

Qu’ils puissent comprendre, avec le cœur, que l’Amour envers ton Dieu Sauveur est d’abord obéissance sans mesure par la grâce du Saint abandon en ton Jésus! Que l’Esprit Saint soit leur grand secours, Ô Mère de toute Éternité.! Amen.

Prière en ce mercredi, 27 octobre 2011, par un enfant de ma Lumière, Lucie, prophétesse de mon Sacré-Cœur.

—————————————————————————————————————————–

INFO sur la COMMUNION suite à VATICAN II<

 En 1980, Jean-Paul II confessa franchement ne pas être favorable à cette pratique de la communion debout et dans la main et ne pas la recommander. Ce n’est qu’avec réticence qu’il adopta finalement la praxis en vigueur. On mesure aujourd’hui l’héroïcité du courage de Benoît XVI qui cherche à inverser ce processus

Par l’abbé Christian Gouyaud

Benoît XVI a réintroduit, pour ce qui le concerne, la distribution de la communion sur la langue des fidèles agenouillés. Cette manière de procéder est tout à fait caractéristique du pape qui prêche pédagogiquement par l’exemple et n’impose pas brutalement par décret.

Mgr Ranjith estime que « le moment est arrivé de bien évaluer cette pratique, de revoir et, si nécessaire, d’abandonner la pratique actuelle » de la communion reçue debout et dans la main.

L’actuel Secrétaire de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements s’exprime ainsi dans une préface à un remarquable opuscule de Mgr A. Schneider, évêque au Kazakhstan, intitulé Dominus est. La question du mode de distribution de la communion est sans doute l’une des plus exemplaires de l’affaiblissement du gouvernement ecclésiastique dans les années 1970.

En voulant avaliser pour canaliser, les responsables sciaient la branche sur laquelle ils étaient assis. En cédant aux pratiques de désobéissance objective émanant de lobbies progressistes, l’autorité sapait le principe même d’autorité.

Rappelons que ni le Concile Vatican II, ni le Novus Ordo Missae promulgué par Paul VI ne prévoyaient que la communion fût reçue debout et dans la main.

Consultés par une Lettre émanant du président et du secrétaire du Consilium pour l’exécution de la Constitution sur la liturgie en date du 29 octobre 1968, près des deux tiers des évêques latins du monde s’opposèrent à l’introduction de cette manière de communier. Comment une minorité agissante put-elle alors imposer une telle pratique ?

L’Instruction Memoriale Domini, publiée par la Congrégation pour le Culte Divin le 29 mai 1969, était précisément consacrée à « la façon de distribuer la communion ».

Elle prenait acte de ce que, « dans certains endroits », l’autorisation de distribuer la communion dans la main avait été présumée ! Le document commençait par énumérer les avantages de la communion sur la langue pour aboutir à la conclusion suivante :

« Compte tenu de la situation actuelle de l’Église dans le monde entier, cette façon de distribuer la sainte communion [sur la langue] doit être conservée, non seulement parce qu’elle a derrière elle une tradition multiséculaire, mais surtout parce qu’elle exprime le respect des fidèles envers l’Eucharistie. […]

De plus, cette façon de faire, qui doit déjà être considérée comme traditionnelle, assure plus efficacement que la sainte communion soit distribuée avec le respect, le décorum et la dignité qui lui conviennent […] C’est pourquoi, le Souverain Pontife n’a pas pensé devoir changer la façon traditionnelle de distribuer la sainte communion aux fidèles.

Aussi, le Saint-Siège exhorte-t-il vivement les évêques, les prêtres et les fidèles à respecter attentivement la loi toujours en vigueur et qui se trouve confirmée de nouveau ». Cette décision devait cependant être inopérante par le fameux renvoi à la compétence des Conférences épiscopales qui généraliseront la communion dans la main. De plus, une Lettre pastorale accompagnait l’Instruction Memoriale Domini, qui donnait le mode d’emploi d’une pratique que l’Instruction réprouvait.

Une autorité impuissante ? A relire ce document quarante ans après, on a vraiment le sentiment d’une autorité impuissante qui assortit la nouvelle manière de communier de conditions idéales qui sont autant de vœux pieux! Par exemple, « qu’on fasse attention à ne pas laisser tomber ni se disperser des fragments de pain eucharistique, comme aussi à la propreté convenable des mains et à la bonne tenue des gestes selon les usages des divers peuples »!

Allait-on instaurer pour les fidèles un rite de purification (avant la communion) puis d’ablution des mains (après) ? De plus, l’Instruction octroyait l’induit pour entériner des situations de fait tandis que la Lettre abondait dans le sens d’une initiation et, par conséquent, d’une incitation progressive: « II convient donc de l’introduire graduellement, en commençant par des groupes et des milieux qualifiés et plus préparés. »

L’argument de fond pour introduire la nouvelle manière de communier avait été avancé dans la Lettre du 29 octobre 1968 :

« La manière traditionnelle de recevoir la communion sur la langue apparaît de plus en plus à nos contemporains comme un geste infantile; il rappelle trop la manière de nourrir les petits enfants incapables de manger seuls. Beaucoup d’adultes ressentent de la gêne à faire en public un acte qui n’a aucune beauté extérieure et qui les rabaisse à la petite enfance. »

En d’autres termes: le chrétien moderne est un chrétien adulte qui se tient debout face à son Seigneur et qui se communie lui-même car l’eucharistie est un droit de l’homme! Dans son excellent Dominus est qui reprend toute cette question, Mgr Schneider cite, au contraire, un grand nombre de Pères de l’Église et de saints qui présentent l’eucharistie comme le Don ineffable qu’on ne reçoit qu’en devenant comme de petits enfants!

Il évoque aussi le risque objectif de profanation des parcelles quand celles-ci ne sont pas recueillies. Il reste enfin la question lancinante de savoir si, quarante ans après, le fait de se communier soi-même debout, joint à la grave désaffection du sacrement de la réconciliation, a apporté une valeur ajoutée au respect du sacré?

En 1980, Jean-Paul II confessa franchement ne pas être favorable à cette pratique de la communion debout et dans la main et ne pas la recommander. Ce n’est qu’avec réticence qu’il adopta finalement la praxis en vigueur. On mesure aujourd’hui l’héroïcité du courage de Benoît XVI qui cherche à inverser ce processus.

*******************

Chapelet de la Sainteté des prêtre

CHAPELET :   SAINTETÉ DES PRÊTRES

1-  Premier mystère : L’AGONIE Jésus souffre pour sauver Son humanité. « J’ai accepté chacun des coups portés à Mon Corps Divin pour aussi conduire Mes prêtres à Me suivre dans la voie de l’obéissance au Père Éternel. Que chacun de Mes prêtres accepte de vivre leur agonie et de souffrir avec Moi pour conduire Mon troupeau égaré vers Ma sainte Eucharistie, Mon Sang Précieux, Ma Miséricorde et me soit toujours fidèle à obéir à Mes Volontés ». Mon Dieu, je Te consacre chacun de Tes prêtres, par l’intercession de notre Mère Marie, la toute belle.

2-  Deuxième mystère : LA FLAGELLATION Jésus souffre et pardonne toute violence avec amour. « J’ai dit OUI à tous les coups qui ont transpercé Ma tendre peau d’humain, en essayant de crier le moins possible.  Mon cœur versait des larmes de Sang de souffrance. Que chacun de Mes prêtres dise OUI à souffrir avec Moi, Jésus, pour toutes persécutions, violence dans leur cœur et leur âme, pour la Gloire de Mon Saint Nom ». Mon Dieu, je Te consacre chacun de Tes prêtres, par l’intercession de notre Mère Marie, la toute belle.

3-  Troisième mystère : LE COURONNEMENT D’ÉPINES Jésus grince des dents en recevant sa couronne d’épines de Roi Sauveur du monde. “J’accepte encore d’être transpercé par la haine et une violence extrême des soldats.  Mon âme souffrait d’une vive amertume. Tout Mon corps s’affaiblissait par  la  douleur  de chacune des épines qui fit couler Mon Sang sur Mon  visage divin.  Ma vue s’embrouillait, mais Ma  force  était  Mon  Père  qui Me parlait  et Me consolait.  Ma Mère avait le cœur meurtri de douleur contre Mon âme unie  à  Mon  Esprit  divin.   Ensemble,  nous  portions  Mon Calvaire douloureux. Que chacun de Mes prêtres dise OUI à souffrir autant que Moi, en ce monde.  Qu’ils acceptent de porter la couronne de Gloire, en souffrant Ma Passion en rémission des pécheurs qui violentent leur prochain ». Mon Dieu, je Te consacre chacun de Tes prêtres, par l’intercession de notre Mère Marie, la toute belle.

4-  Quatrième mystère : LE PORTEMENT DE LA CROIX Jésus porte Sa croix, malgré toutes Ses souffrances au corps et dans l’âme. « J’ai accepté de porter Ma croix avec courage et détermination sachant que l’on Me crucifierait.  Je savais que Ma mort serait pour le salut des âmes pour l’éternité.  J’ai tombé plus d’une fois et Je me suis relevé pour accomplir l’œuvre de Mon Père du ciel et lui obéir jusqu’à la fin de Ma vie terrestre.  J’ai été fidèle à Mon Père adorable et aimant jusqu’à la fin de Ma vie, par Amour pour vous tous. Que chacun de Mes prêtres accepte de porter tous leurs fardeaux, leurs inquiétudes, leur impuissance, la violence d’autrui, leurs maladies unis à Mes souffrances dans la Divine Volonté de Mon Père.  Que chacun soit humble de cœur et accepte avec joie de vivre Mes béatitudes ». Mon Dieu, je Te consacre chacun de Tes prêtres, Par l’intercession de notre Mère Marie, la toute belle.

5-  Cinquième mystère : LE CRUCIFIEMENT Jésus est cloué sur la croix pour sauver son peuple. « Je souffrais le vrai martyr à chaque clou que l’on a enfoncé en Mes mains  et  Mes  pieds. Ma douleur était si vive que Je respirais à peine. Dans un dernier souffle, Je vous ai offert Ma douce Mère en cadeau pour l’humanité.  J’ai crié  Ma douleur à Mon Père adorable, en  signe de Mon Amour et de Mon impuissance devant la Volonté de Mon Père.  Je lui ai été fidèle et obéissant, en toute chose, jusqu’à Ma cruelle mort, Mon dernier soupir. Que chacun de Mes prêtres me dise OUI à M’obéir dans Ma Divine Volonté, me dise OUI à Me suivre le long de leur calvaire sur terre, me dise OUI à vivre que d’amour envers Moi et Mon Père Éternel, me dise OUI à Me servir fidèlement dans l’église de Ma sainte Mère, me dise OUI pour mourir d’amour pour Mon peuple, pour sauver l’humanité avec Moi, Seigneur et Roi, me dise OUI à renoncer aux œuvres du cruel ennemi et à faire leur volonté humaine en me servant dans l’Église. Que chacun de Mes prêtres accepte de mourir à lui-même, renonce à vivre dans l’esprit du monde actuel avec ses pauvres richesses matérielles, ses valeurs sans fondements, qui conduisent aux désordres et à la destruction de la vie humaine et de Ma terre que j’ai créée avec Amour.  Qu’il me diseOUI pour me ressembler, être purifié entièrement et conduit dans Ma sainteté, sans peur de s’abandonner dans Mes Volontés. Qu’il me dise OUIà vivre dans la sainte intimité de Mon Esprit Saint!  Tout pour Ma Gloire!Tout pour le salut des hommes! Tout par amour pour Moi et Mon peuple! ». Mon Dieu, je Te consacre chacun de Tes prêtres, par l’intercession de notre Mère Marie, la toute belle.

Prophétie du vendredi 27 mai 2005, 11h45. Marie-Lucie, Lumière des Nations.»

 **************************

Vendredi soir le 24 octobre 2008, vers 21h :30

Je suis à la maison des parents de  mon mari, à la Malbaie.   Le Seigneur me dit d’écrire ce qui suit, avec exactitude et dévotion, pour l’Église de Dieu particulièrement pour le Québec, notre province.

««« Savez-vous pourquoi, moi, votre Dieu Je Suis en mon Fils Ressuscité Vivant en mon Église?  

C’est parce que J’aime mes enfants à la folie, dans la grandeur de mon Amour Infini et ma Miséricorde.

Et comment Je partage ce grand Amour, le savez-vous? 

C’est par l’Eucharistie, feu ardent de ma Présence infinie de Divinité.   Je Suis la nourriture Vivante de votre âme, de votre esprit, dans votre corps qui devient Temple de l’Esprit Saint.   C’est moi, le Ressuscité, qui veut prendre toute la place entière dans votre humanité blessée,  recouverte du péché pour vous délivrer de toutes traces de mal en vous purifiant tout entier dans votre être.  Je Suis le tout qui veut vivre en intimité profonde dans votre corps, coeur, âme, esprit et conscience et jamais plus être repoussé, ignoré, mal-aimé, inconnu de votre humanité dans mon Église.  Laissez-Moi vivre en vous, respirer en vous, tout accomplir en vous, en chacun de vous, selon Mes Volontés et Je construirai mon Église en l’ÉDIFIANT dans les profondeurs de ma Divinité Infinie.

Est-ce que mes enfants ont saisi, compris mes Paroles d’Évangile? 

Certain oui, trop peu hélas les mettent en pratique.

Est-ce-que l’on a compris la Puissance de l’Esprit Saint en le coeur de mes enfants remplis de ma Sainte Présence, au coeur enflammé de Paroles de ma Sagesse, de Vérité et d’Amour?  

 Hélas!   Que très peu en mon Église.

Est-ce-que l’on a compris ma Parole d’Évangile qui dit?

«N’éteignez pas l’Esprit» dans mon Église.  Hélas!   Que très peu.

Est-ce que l’on a accueilli l’Esprit Saint dans mon Église avec joie, reconnaissance, amour et grand respect?

Hélas!   Que trop peu.

Est-ce qu’on m’aime Moi, le Ressuscité, comme Je Suis Vivant en l’Eucharistie avec l’ardeur d’amour dont Je mérite?

Hélas!   Que trop peu d’âmes me désirent ardemment.

Es-ce que l’on se rejouit,  en mon Église, que mes Paroles Vivante brûlent des coeurs enflammés d’amour pour Moi?

Hélas!   Que si rarement.

Alors, dites-Moi à quoi cela me sert d’être autant Vivant, au milieu de mon Église, si Je dois me taire pour ne pas vous déplaire dans vos projets d’évangélisation dans mes paroisses et ailleurs?

On a peur de Moi le Ressuscité Vivant et plein de Vérité, en vos soeurs et frères porteurs d’espérance!

 JE SUIS, NE LE SAVIEZ-VOUS PAS,  L’ÉDIFICATION SANS PAREILLE POUR L’ÉGLISE ENTIÈRE DU MONDE???

 DITES-MOI, À QUOI SERVENT MES PAROLES D’ÉVANGILE QUI NE PORTENT PAS LES FRUITS DE MON ESPRIT SAINT?

 

Taire mon Esprit Saint en vous, c’est museler le VIVANT JÉSUS-CHRIST, votre Ressuscité, c’est cela la VÉRITÉ QU’ON APPRÉCIE GUÈRE DANS MON ÉGLISE.   PEU D’ENTRE-VOUS APPRÉCIENT MA VÉRITÉ CAR ELLE EST SURPRENANTE, DÉRANGEANTE ET SAISISSANTE.

Mon Église se meurt dans l’ennuie, elle se meurt parce que mon Esprit Saint se meurt à grand feu en vous, dans mon Église et les paroisses se vident encore.  Mais qui m’accueille avec tout son amour, en lui J’ai allumé le feu d’un énorme brasier qui ne s’éteindra jamais; c’est ce que J’ai fait en mes messagers et messagères en votre temps actuel.

Vous aimez les petites histoires?  J’en ai une à vous raconte; peut-être que celui qui veut comprendre, comprendra!

 Un jour, le plus grand des cuisiniers mit en conserve sa meilleure recette de soupe aux légumes, aux nouilles alphabet.   Elle a été conservée dans une jolie boîte de conserve, pour y conserver sa saveur et sa valeur à juste prix.   Elle fut offerte aux évêques de chaque diocèse du Québec.  Voyant cela, la majorité des évêques déposa la boîte précieusement dans leur armoire d’épicerie.

Un jour, commençant à avoir de l’appétit, l’un des évêques décida de prendre la boîte de soupe en examinant d’abord les ingrédients. Hésitant, il finit par commencer à ouvrir la boîte.   Il l’ouvra qu’à moitié, regarda le contenu, sentit la soupe et referma le couvercle, remettant la boîte dans le réfrigérateur.

Le surlendemain, la faim le reprenant, il reprit la boîte.  Il finit par l’ouvrir en entier, l’examina de nouveau se disant qu’elle avait l’air appétissante, que ce serait pour demain peut-être qu’il y goûterait.

Le lendemain, il reprit la boîte de soupe. Dévorant, après un long jeûne au pain et à l’eau, il décida d’en verser un peu dans un chaudron et de la réchauffer.   Il fut surpris de l’odeur qu’il trouvait agréable, mais il décida,  pris de court par un important rendez-vous oublié à respecter, de laisser la soupe dans le chaudron sans avoir pu y goûter.

Revenant de son rendez-vous, trois heures plus tard, dévorant plus que jamais, il reprit son chaudron.  Mais la soupe avait disparu; quelqu’un d’autre l’avait mangée avec appétit et plaisir s’en régalant et louant Dieu pour tant de bienfaits.

La soupe réchauffe n’est-ce-pas?   Elle remplit le coeur de bien-être aussi.   Elle apaise, elle secourt les affamés, leur enivre l’esprit; elle embaume tout notre être.

Mais la soupe, la meilleure des soupes, ce n’est pas la  « LIPTON »  mes amis; c’est celle que Dieu a préparée pour son Église afin d’en remplir nos paroisses, nos diocèses et réchauffer chacun de nous.

 La soupe hélas!    C’est l’itinérant dans la rue qui a su la manger, au bureau de l’évêque, qui lui passait par là en son absence.   Lui, il avait compris sa valeur et en goûtant à sa saveur, il fut sauvé et rassasié. Tout rempli de joie, il loua Dieu de lui avoir porté secours par la femme de ménage de l’évêque.

La soupe, tout est dans la soupe, le secret est dans la soupe.  N’avez-vous pas encore compris que la soupe c’est comme l’entrée du menu?

 Mon peuple a faim d’amour, il se meurt d’être aimé, de se savoir compris et consolé, guidé.

Mon peuple a besoin de soupe; mais la soupe, par grande prudence, on préfère la conserver dans les armoires d’épicerie, admirer son étiquette et dire et prétendre qu’elle est essentielle à l’Église, à l’estomac.

Par très grande, très grande prudence démesurée humainement, on préfère s’en tenir à l’analyse des ingrédients au lieu d’y goûter et d’en vivre, espérant que toutes les boîtes de soupe conserveront leurs goûts et couleurs authentiques.

Mais des boîtes de conserve se conservent-elles toujours sans risque de dépérir?

Sûrement que non, puisque une date de péremption y est apposée!

 Alors que l’intelligence dont vous usez, conserve cet enseignement afin de conserver les boîtes de soupe du bon Dieu, remplies de l’Esprit Saint, ailleurs que dans les armoires d’épicerie.

Ce n’est hélas que ceux qui ont le coeur à manger, sans avoir peur de goûter et savourer l’inconnu, qui pourront se régaler de la meilleure des soupes.   L’évêque, pauvre lui, n’a pas su saisir l’occasion d’en profiter.   La très grande prudence et le manque de temps de prendre le temps de découvrir et de savourer la soupe, lui donnent toujours de l’appétit sans être rassasié.

La soupe fait vivre et réchauffe.   Rien n’apporte rien et donne rien de même.

Quand allez-vous ouvrir, réchauffer et savourer mes boîtes de soupes?

 Quand allez-vous partager ma soupe avec mes enfants d’amour qui dévorent d’appétit, eux qui sont des brebis perdues?

 Quand allez-vous vous réjouir de mes Paroles dans ma soupe alphabet aux légumes avec vos amis?

Quand allez-vous avoir confiance que ma soupe en boîte, c’est la plus délicieuse à savourer au monde?

 MOI, JE FAIS BIEN PLUS QUE LA MEILLEURE « PIZZA » EN VILLE, CROYEZ-MOI!!!

MA SOUPE RÉCHAUFFE, ENSEIGNE ET GUÉRIT.

 La soupe, c’est Moi ton Jésus Eucharistie, en l’Esprit Saint par mes prophètes de votre temps, messagers et messagères.

Par :   Je ne suis qu’une petite boîte de conserve de soupe, aux alphabets Divins, du cuisinier des cieux sur la tablette d’épicerie du marchand du coin et des bureaux des évêques du Québec.

Serais-je qu’une étiquette lue et analysée jusqu’au jour de la date de péremption, ou saura-t-on essayer de me voler par gourmandise?  Que sera mon destin?   Seul Dieu le sait.

Marie-Lucie de Charlevoix, messagère du Seigneur Dieu.»

 ***********************************************  

 

Écrit par Michel Cloutier le 20/12/2011 22:50:00

« Les conséquences

de vos moeurs… » — Dieu

Le Père Céleste parle…

Le mariage, les responsabilités des prêtres

face à l’Eucharistie et leur rôle

Par Michel CLOUTIER Journaliste-écrivain, éditeur et fondateur du JOURNAL QUÉBEC PRESSE SAINT-HILARION, (CHARLEVOIX) QUÉBEC — Le mercredi 22 décembre 2011 Les messages du Père Céleste s’intensifient et tiennent tout entier dans le présent d’aujourd’hui, celui de l’humanité du troisième millénaire en détresse. Voici cette autre pressante interpellation de Dieu lui-même auprès de sa prophétesse québécoise, Lucie, de Saint-Hilarion, dans la région de Charlevoix, voisine de la capitale nationale, Québec.   Tiré du message vidéo du 11 décembre 2011 Intitulé : « Les conséquences de vos mœurs » Le mariage, les responsabilités des prêtres face à l’Eucharistie et leur rôle  «Ah! Mes enfants, si seulement pour pourriez croire à toute mes Paroles et accepter la Vérité et accepter que Je Suis supérieur à vous, vous seriez si petits devant Moi. Il y aurait aucune place pour l’orgueil et vous seriez obéissants à mes demandes, vous disant que Dieu a toujours raison et ses paroles sont incontestables, indiscutables. On conteste mes paroles Au lieu de cela, on argumente sans cesse mes Paroles, on conteste mes Paroles, on refuse mes Paroles d’Évangile et prophétiques, si souvent. On se croit combien de fois plus sage que Moi votre Dieu? On veut faire sa volonté croyant que ses idées son meilleures que celle de votre Dieu lui-même. Le mariage qu’entre un homme et une femme Pour Moi, le mariage ne peut se faire qu’entre un homme et une femme, bénit par mes saints prêtres avec accueil de Moi-même au milieu du couple dans leur cœur et en ayant compris l’importance d’accueillir mon Eucharistie tout en aimant mon fils Jésus et en l’adorant. Comment est-ce que certains de mes prêtres agissent-ils pour accommoder certains de mes enfants qui n’ont pas assez de foi pour m’accueillir dans l’Eucharistie? N’ont-ils pas certains d’entre-eux, de mes prêtres, permis le mariage dans mes paroisses, sans l’accueil de l’Eucharistie lors de la célébration du mariage de certain couple? N’a-t-on pas fait des «accommodations raisonnables»? Mais jusqu’où mes prêtres iront-ils, certains d’entre eux, pour plaire à mes enfants qui désirent vivre dans leur volonté humaine? Le désordre, il est aussi dans mes paroisses. Les paroisses, c’est bien plus qu’une salle de réception pour célébrer un mariage civil. Un mariage sans Eucharistie, c’est un mariage bénit par ma Parole au travers d’un prêtre, mais c’est un mariage sans l’accueil de mon Cœur, sans «un oui» de la part des mariés pour que Je sois là à les soutenir dans leur mariage, à tous les jours. Comment voulez-vous qu’ils puissent recevoir toutes mes grâces sans mon Esprit-Saint, sans l’accueil de mon Amour, sans «un vrai oui» dans leur cœur? Je m’adresse particulièrement à mes prêtres. Peut-être qu’un jour, l’un de mes enfants osera dire : »Je veux me marier dans une paroisse catholique, mais sans un prêtre pour célébrer le mariage. Faisons un mariage civil, ainsi nous aurons tout le beau décor de l’église, de la paroisse et suffisamment de place pour accueillir tous nos invités ». Jusqu’à où iront vos accommodations raisonnables, vous mes prêtres, envers les fidèles? Certaines paroisses n’ont même plus de prie-Dieu, d’autres n’ont plus de balustrade depuis fort longtemps. Certaines paroisses ont de moins en moins de statues. On a mis quasiment au rancart lesChemins de Croix. On ne donne plus d’importance au Chemin de Croix comme autrefois. On n’en parle si peu dans mes paroisses. On a oublié l’importance du Chemin de Croix en tant que chrétiens, que prêtres, que fidèles dans mon Église. Pourquoi est-ce qu’à Sainte–Anne-de-Beaupré, lieu privilégié, les prêtres, avec un très grand respect pour votre Dieu, demeurent derrière les balustrades pour donner la Sainte communion? Pourquoi eux le font-ils et mes autres prêtres presque partout ne le font plus ainsi?

Est-ce à cause d’accommodationsraisonnables?

On ne veut pas perdre des fidèles, trop les déranger dans leur nouvelle coutume de communier dans les mains, dans une seule main. Savez-vous pas qu’il n’y pas à mes yeux 56 moyens d’accueillir réellement l’Eucharistie avec respect, très grand respect? Il n’y en a qu’un seul, mais il n’est plus à la mode, même dans mes paroisses, depuis plusieurs années on a de nouvelles coutumes! PHOTO: À Rome, à l’occasion de la messe de la Fête Dieu 2011, déroulée en plein air, les fidèles ont reçu la communion de la main du Pape, uniquement sur la langue et à genoux au banc de communion, installé à cette intention. On accueille l’Eucharistie avec si peu de respect. On piétine sur le Corps de mon Fils Bien-Aimé.Malheureusement, il n’y a pas de petits chiens pour se régaler de toutes les parcelles des Hosties consacrées tombées sur les planchers de mes paroisses. Dommage, ils pourraient aussi, eux, être purifiés. Comme on a peu de considération pour ce que Je vous ai donné de plus précieux de mon Cœur! Mon fils Jésus est vraiment vivant dans l’Eucharistie,qu’avez-vous fait de lui?Que faitesvous encore de lui? Vos coutumes, cette mauvaise habitude de m’accueillir dans vos mains, mes enfants, m’offense tant. J’arrive dans votre cœur, le cœur tout en peine au lieu de me réjouir de me donner à vous. Mes enfants, de quoi avez-vous peur, mes prêtres, pour expliquer à mes enfants de m’accueillir par le seul moyen qui me plaît? Vous le connaissez ce moyen, sur la patène, de la langue de mes enfants; cette langue qui a tant besoin d’être purifiée. Qu’attendez-vous pour faire ces changements dans la manière de distribuer mon Eucharistie? Savez vous toute la peine que J’ai Moi, votre Dieu, de vous voir mes prêtres me donner Corps et Âme, plein divinité Sacré dans les mains de mes enfants, au lieu sur leur langue? C’est comme si on banalisait le plus grand mystère de votre Dieu, c’est comme si on en diminuait toute l’importance! Vous rendez-vous compte de la gravité des conséquences de me donner dans les mains des fidèles? PHOTO: Le Padre Pio, stigmatisé italien, durant sa messe, dans les années 50. Comme Je l’ai dit, s’il y avait au moins des p’tits chiens pour ramasser les restes du Corps de mon Fils Bien-Aimé, cela me consolerait au moins un peu. «LES ACCOMMODATIONS RAISONNABLES» Je veux en faire un feu ardent et les brûler dans la géhenne. J’en ai rien à faire de ces accommodations pour plaire à mes fidèles! Qu’attendez-vous pour agir que pour plaire à votre Dieu? Il y a tant de désordre dans mes paroisses, c’est le laisser allé. Le manque de modestie, le manque de respect de l’Eucharistie. On bavarde tellement devant mon Eucharistie. On a même blasphèmé devant le Très Saint-Tabernacle dans certaines de mes paroisses. N’avez-vous pas mes prêtres à participer pour remettre de l’ordre dans mes paroisses? N’est-ce pas votre responsabilité de faire comprendre que le manque de modestie n’a pas sa place dans les paroisses, que le manque de respect de l’Eucharistie a encore moins sa place et pourquoi est-ce presque n’importe qui, qui donne la Sainte communion à votre place, mes prêtres? Vous voulez être aidés c’est vrai, vous êtes peu nombreux maintenant. Mais il est vrai aussi de dire que les fidèles sont peu nombreux lors des célébrations. Pourquoi ne seriez vous pas capable de donner vous-même l’Eucharistie à tous les fidèles sans l’aide de personne que vous mandatez, que l’on mandate en paroisse pour vous aider à donner l’Eucharistie? Savez-vous qu’il y en a plusieurs qui donnent mon Eucharistie et qui n’ont pas été à la confesse depuis longtemps? Chers prêtres, si Je vous parle ainsi, c’est parce que Je vous aime et que Je désire que vous fassiezTOUT, d’abord pour me plaire et non pour plaire à tous les fidèles. Vous êtes mes serviteurs n’est-ce pas! Croyez-vous vraiment que moi Je ferai des accommodations raisonnables? Non, Je vous le dis, Je n’agirais pas ainsi, car J’ai un énorme respect pour mon Père du Ciel, et un Amour incommensurable. Un Amour infini. Qu’allez vous faire maintenant? Peut-être rien encore pour apporter les changements que Je désire, que Je désire tant depuis si longtemps dans mon Église, particulièrement au Québec. Ah! Mes prêtres à Sainte-Anne-de-Beaupré, Je vous bénis particulièrement. Mais pourquoi pas toujours donner la Sainte communion que sur la langue de mes enfants chéris? N’ayez pas peur! Agissez que pour me plaire! Oui, le désordre il est partout. Mais J’ai hâte que cela change pour le mieux. J’ai beau parler à certain de vous, mes prêtres, avec douceur, parfois, vous ne m’écoutez pas. Alors, Je me demande pourquoi il en est ainsi. PHOTO: La balustrade et la nef de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré, au Québec. Je me dis : pourquoi ne m’aiment-ils pas davantage? S’ils m’aimaient profondément, ils feraient tout pour me plaire, pour m’obéir, tous mes prêtres, et aussi mes évêques. Pourquoi c’est souvent plus difficile pour vous de m’obéir que mes prophètes que J’ai formé dans mon Sacré-Cœur? Cela ne devrait pas être ainsi, car Je vous ai bénis dans le sacerdoce. Savez-vous comment c’est grand le sacerdoce? Comme J’aimerais que vous compreniez! Mais vous savez mes prêtres, il vaudrait peut-être mieux que vous m’invitiez au travers ma prophétesse, car ce que J’ai à vous dire ne concernera pas toujours le grand public. À moins que vous vouliez que Je partage énormément avec eux. Car, jusqu’à présent, on se fiche pas mal de mes prophètes que J’envoie sur votre route pour vous expliquer des choses si importantes, si précieuses qui pourraient changer tant de choses dans mon Église. PHOTO: La Basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré, près de la ville de Québec. Le plus grand temple au monde dédié à la mère de la Vierge-Marie. Mais, vous avez la plupart d’entre-vous fermés vos cœurs, vos oreilles. Comment voulez-vous que Je puisse sauver vraiment mes enfants sans votre aide précieuses? Beaucoup de mes enfants n’ont plus confiance en vous mes prêtres, mes évêques. Alors, laissez-Moi, Je vous en prie, faire la Vérité envers vous, même si cela pourrait vous bousculer un peu, vous remettre en question. Laissez-Moi vous tendre la main pour que Je puisse vraiment toucher vos cœurs, vous guider et aussi vous dire combien votre rôle est précieux pour tous mes enfants dans l’Église. Laissez-Moi vous enseigner ce que les livres, la théologie, vos connaissances, n’ont pas su tout vous dire. Ne Suis-Je pas la Lumière qui éclaire dans les ténèbres? Je sais, la Vérité vous dérange. Que J’aie choisi de petits ouvriers à la base de mon Église pour vous faire des remontrances et la morale, cela ne peu pas vous plaire. Mais pourtant, un Père qui aime ses bons bergers ne laissera pas rien aller à la dérive plus longtemps. Comprenez bien mon message et mon appelcar Je désir vous parler de manière plus personnelle par ma prophétesse Lucie. C’est un appel que Je vous lance mes prêtres, mes évêques du Québec particulièrement. PHOTO: Lucie, la prophétesse québécoise de Saint-Hilarion, dans la région de Charlevoix au Québec. Clicihé, novembre 2011, Journal Québec Presse. Peut-être aurais-Je encore parlé inutilement? Quand allez-vous me donner un peu d’espérance? C’est Moi votre Dieu, Je suis au-dessus de vous, ne n’oubliez pas. Il ne faut faire que mes Volontés pour l’évangélisation nouvelle. Ne perdez plus votre temps pour des projets dans l’Église, pensés dans la volonté humaine. Vous ne récolterez que des miettes. La flamme presque éteinte de la foi Ce n’est que par le Grand Souffle de mon Esprit-Saint, par des enfants de Lumière, accueillis dans mes paroisses, partout au Québec, que Je pourrai rallumer la flamme presque éteinte de la foi de mes enfants. N’avez-vous pas encore compris! Je ne veux pas vous faire de reproche, mais J’ai vraiment le sentiment qu’on ne comprend pas et qu’on ne veux pas comprendre l’essentiel. Mes témoins de Lumière, ils sont là! Accueillez-les! Réveillez-vous!!! Je vous en prie, réveillez-vous! Il est encore temps. Je vous bénis mes prêtres, mes évêques. Sachez que de m’obéir, c’est un grand signe d’amour envers Moi, votre Dieu. De me suivre, c’est un grand signe aussi de respect et d’humilité. Merci de m’avoir écouté. Que ma paix soit sur vous! Que mon Amour brûle vos cœurs! Que ma Miséricorde surabonde et que bientôt, Je l’espère, que la joie puisse éclater dans mon Église qui est presqu’en ruine. Tendrement, Je vous aime, tous mes enfants de mon royaume. Nous, nous reparlerons à une autre rencontre. Cela est suffisant pour ce soir.

 **************

http://maranathajesus.net/video-ou-sen-va-le-monde/

  « OÙ S’EN VA LE MONDE? »

Ou par courriel:

maranatha33@hotmail.ca

—————-

autre  lien     http://journalquebecpresse.org/modules/news/article.php?storyid=3133