Discerner la violence…

Deuxième partie, message 13 mars 2019

De même, par ce message, Je veux vous dire avec sagesse que plusieurs de Mes enfants, préfèrent courir les théâtres, les salles de cinéma, les arénas sportifs, les musées, les lieux publics en vue de satisfactions personnelles; et d’autres de Mes enfants, c’est pour combler leur curiosité, pour faire passer le temps, pour soi-disant même s’instruire sans même prendre le temps de saisir, de discerner que la violence fait souvent partie de leurs divertissements. 

La pollution des âmes est si sournoise, vous savez!  

On banalise toutes les formes de violence même si des experts invitent à la grande prudence et à la tolérance zéro. 

On attend les drames pour constater les effets dévastateurs de mauvais choix en société, en famille par les mœurs, médias, réseaux-sociaux, la technologie et par l’internet. 

On pleure sur les malheurs et on évite trop souvent de reconnaître l’ampleur des signes avertisseurs, avant-coureurs de toutes les formes de violence : verbale, psychologue, physique, scolaire, sociale, familiale, de vie de couple et au boulot. 

On pourrait la freiner davantage mais on ne le fait que trop peu pour l’enrayer au bon moment.  On a peur, on n’use pas de bons moyens peut-être!  Ou bien on la considère comme normal maintenant en la banalisant.   On préfère les plaisirs, coûte que coûte même si cela peut détruire.  

On est en retard sur l’agir pour freiner la violence, mais Mes enfants sont rapides sur l’évolution technologique.   Cette dernière vous convient et on peut en abuser de son utilisation pour être indifférent au prochain, à ses proches. 

Êtes-vous si aveuglés que vous ne pouvez reconnaître qu’elle est une nouvelle forme de violence de société : familiale, psychologique, physique par son utilisation de manière individuelle ou en groupe!  

Vous êtes trop nombreux aveuglés par la recherche de vos satisfactions personnelles créant une indifférence, au prochain, démesurée et la violence passe parfois comme normale et même comme moyen d’évoluer pour exprimer librement sa liberté d’expression individuelle ou en société par la télévision, l’internet, les médias, etc…  

On se forge même le caractère sur un plan individuel par l’acceptation de violence verbale en société sous le prétexte du droit de liberté de s’exprimer librement et pour l’évolution.   Afin de s’affirmer davantage pour son égo, la violence est un moyen d’auto-défense comme une règle d’or pour exprimer tout ce que l’on veut verbalement socialement et on valorise et banalise trop souvent la violence par la pratique de certains sports ou lors d’activités diverses, par exemple la boxe, le karaté, etc…  

En dévoilant et encourageant autant de violence, vous propagez le mal à double effets comme un feu ravageur, à cause d’un manque de sagesse, de discernement et de logique individuellement, en groupe, en société et dans les médias! 

 On sonne l’alarme dans les médias contre la violence et en même temps on déclenche des moyens d’alarmes pour favoriser d’autres violences dans la tête des gens et plusieurs finiront par passer à l’action.   

 On dévoile tant de détails, dans les médias et l’internet, d’actes de violences; est-ce vraiment nécessaire d’en dire autant…de montrer  autant d’images, de vidéo, de photos et de films?   On y donne des trucs pour savoir comment répéter les mêmes actes de violence et la justice est si peu sévère pour en contrer les effets dévastateurs répétitifs.

Avant c’était la peine de mort; maintenant, c’est la peine réduite, plus que réduite pour certains actes de violence graves.  N’a-t-on pas pensé à augmenter les peines de manière beaucoup plus sévère pour ne point encourager des actes de graves violences et d’autres un peu moins graves à différents niveaux!  

Ceux qui pensent faire que du mal au prochain, n’y penseraient-ils pas plus longuement avant de commettre des actes mauvais, à ce qui peut leur arriver comme sentence par la justice par des meurtres, viols, agressions ou par des homicides involontaires!

Je vous le dis, on est beaucoup trop clément, par la justice et les lois en vigueur, sans penser sérieusement, avec empathie profonde, aux conséquences humaines irréparables pour les victimes, leurs familles et en société. 

On fait, des sociétés, des individus révoltés par une justice trop tolérante au mal par des jugements trop cléments pour éviter de remplir les prisons.  

La violence augmente, pourtant on croyait que le fait d’être plus clément par la justice, cela la démunirait.  Cela est faux, réveillez-vous Mes enfants! 

Le temps le prouve par les conséquences graves qui ne sont pas considérées à leur juste valeur dans une société et à long terme, envers les pauvres victimes par des sentences réduites envers les criminels. 

Cela prouve qu’il est grand temps de modifier la jurisprudence en matière criminelle.   Il est temps de réviser vos manières de penser, gens au pouvoir, gens qui décidez de la gravité des actes criminels et vous les politiciens avec des lois favorisant la diminution de la violence sociale.

Partie 3 à venir…