La renonciation du pape est prévue au canon 332 paragraphe 2 ( DROIT CANONIQUE 1983)

Renonciation du pape

Armoiries du Vatican lors de la vacance.

La renonciation du pape est prévue au canon 332 paragraphe 2 du Code de droit canonique : « S’il arrive que le Pontife Romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu’elle soit dûment manifestée, mais non pas qu’elle soit acceptée par qui que ce soit » et au canon 44 paragraphe 2 du Code des canons des Églises orientales. La seule condition pour que la renonciation soit valide est qu’elle soit faite « librement et se manifeste correctement ».

À la suite de la renonciation débute une période de vacance du siège papal, qui s’achève avec la désignation d’un nouveau pape par unconclave de cardinaux.

DROIT CANONIQUE 

Art. 1  LE PONTIFE ROMAIN

Can. 331 – L’Évêque de l’Église de Rome, en qui demeure la charge que le Seigneur a donnée d’une manière singulière à Pierre, premier des Apôtres, et qui doit être transmise à ses successeurs, est le chef du Collège des Évêques, Vicaire du Christ et Pasteur de l’Église tout entière sur cette terre; c’est pourquoi il possède dans l’Église, en vertu de sa charge, le pouvoir ordinaire, suprême, plénier, immédiat et universel qu’il peut toujours exercer librement.

Can. 332 – § 1. Le Pontife Romain obtient le pouvoir plénier et suprême dans l’Église par l’élection légitime acceptée par lui, conjointement à la consécration épiscopale.  C’est pourquoi, l’élu au pontificat suprême revêtu du caractère épiscopal obtient ce pouvoir dès le moment de son acceptation.  Et si l’élu n’a pas le caractère épiscopal, il sera ordonné aussitôt Évêque. 

§ 2. S’il arrive que le Pontife Romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu’elle soit dûment manifestée, mais non pas qu’elle soit acceptée par qui que ce soit.

Can. 333 – § 1. En vertu de sa charge, non seulement le Pontife Romain possède le pouvoir sur l’Église tout entière, mais il obtient aussi sur toutes les Églises particulières et leurs regroupements la primauté du pouvoir ordinaire par laquelle est à la fois affermi et garanti le pouvoir propre ordinaire et immédiat que les Évêques possèdent sur les Églises particulières confiées à leur soin.

 

 » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »’

Jean-Paul II avait évoqué l’éventualité de la démission d’un pape
L’éventualité de la renonciation d’un pape avait été déjà évoquée par plusieurs papes du 20e siècle, et en dernier lieu par Jean Paul II dans la Constitution apostolique « Universi dominici gregis », publiée en février 1996.