Le silence pour être avec votre Dieu 2015.02.28pm

28 Février 2015 Pm 

Transcription de l’audio de la conférence.

Bon, comment ça va mes enfants? Pas trop dure jusqu’à date, le temps du carême? Alors, il va falloir que Je vous aide à le trouver un peu plus difficile, sinon ce ne serait pas un vrai carême. Surtout pas de péché de gourmandise, on est d’accord n’est-ce-pas?  Certains d’entre vous avez des attentes précises en venant M’écouter, en venant à cette rencontre; J’essaierai de répondre aux besoins de chacun.  L’une des choses, peut-être les plus difficiles dans le temps du carême, c’est le silence. Le silence pour prier, le silence pour être avec votre Dieu, le silence pour écouter, le silence pour faire des lectures spirituelles. Et pour certains d’entre vous il y a le silence, et le temps, qui parfois peut manquer. Mais si la cause est une cause d’amour, de charité envers le prochain; alors c’est béni de votre Dieu.

Le silence, lorsque vous ne pouvez le vivre beaucoup autour de vous, durant les journées, il peut se faire alors durant les nuits. Je vous visite lorsque vous vous reposez. Vous ne me sentez pas toujours, vous ne me voyez pas souvent dans le fond de vos cœurs; mais prenez conscience que Je suis toujours présent auprès de vous et que votre ange gardien se tient toujours pas loin, tout près de chacun de vous, jour et nuit.

chapelet

Que faites-vous de la prière?  Est-elle une chose importante tous les jours? Est-ce que la prière vient d’abord de votre cœur, d’un cœur à cœur avec Moi? Un temps où on me contemple, où on s’arrête parfois devant une statue, une image, une icône, un chapelet à la main?  Ce temps est très précieux; que ce soit deux minutes, cinq ou davantage, selon ce que vous pouvez.  Comme, toi André, ceux qui ont l’opportunité d’avoir la Sainte Présence tout près dans leur maison; ce serait simple de venir me faire de « petits coucous » de temps en temps. Quinze secondes, une minute, juste me saluer dans le brouhaha des occupations et Je serais consolé.  Il y en a tant qui m’oublient, qui ne pensent que Je suis là à les attendre, prêt à les écouter, à les aimer, à leur donner des grâces dans l’invisible.

DCFC0054.JPG

Mais vous, chacun de vous, pourquoi pas prendre du temps davantage avec Moi?  Un petit peu chaque jour, un gros peu quand vous le pouvez; vous sentirez alors ma paix arriver sur vous. Et plus vous passerez du temps devant Moi, plus vous sentirez une paix profonde vous envahir.  Venez tout me dire, Je vous écoute! C’est une joie de vous écouter, Je me lasse jamais de vous entendre.  Ne croyez jamais que vous pouvez me déranger, oh que non!  C’est une si grande joie lorsque vous arrivez devant Moi pour me saluer, pour M’adorer, pour me parler, pour prier, pour chanter, pour me supplier.  À chaque fois, ma mère se tient aussi près de vous; souvent elle vous bénit, elle console aussi ceux qui pleurent.

Quand vous venez devant Moi, me trouver, toute la cour céleste est aussi près de vous. Il y a tant de monde dans l’invisible devant ma Sainte Présence que vous ne pouvez voir.  Si vous saviez,  si vous pourriez voir, avec vos yeux de chair, vous danseriez de joie!  La plupart de vous marchez avec Moi, avec joie, dans la confiance. Mais Je vous invite encore à vous laisser transformer dans l’Amour, par amour pour le prochain, pour l’honneur de Dieu le Père, pour le salut des hommes.

Que la flamme de mon Amour allume vos cœurs et vous fasse porter beaucoup de fruits dans mon Église!  N’ayez pas peur d’aller de l’avant, de marcher en profondeur, en eau profonde!   Des disciples de votre Seigneur Dieu ne peuvent rester inactifs, Je les envoie porter la Bonne Nouvelle!  Je les envoie proclamer mes Paroles d’Évangile, des paroles d’amour, des paroles qui rassurent ceux qui en ont besoin et qui ont soif d’être aimés et d’aimer.  Voyez comme il est bon de marcher à mes côtés!  N’êtes-vous pas rassurés?  Je suis là, toujours là, où que vous soyez, quoi que vous fassiez, Je vis en vous et Je veux tout faire en vous.

Que ma Volonté se fasse en tous vos cœurs!  Que mon amour se sente par vos cœurs!  Le CŒUR, celui qui est la source de tout amour qui vient de votre Père, l’Éternel.  Voyez combien Je vous aime, puisque déjà Je vous ai pardonné tant de vos péchés, de vos difficultés, à vouloir aimer mais de chuter, par manque d’expérience, ou de force intérieure ou pour d’autres raisons. 

Mais Moi, Je suis là pour tout vous enseigner, cœur à cœur, intimement avec chacun de vous.   C’est ainsi, dans la sainte intimité, que Je veux vous conduire à la perfection de la sainteté, dans un grand cœur à cœur.  Dans le silence, au fil des jours, prendre du temps avec Moi. C’est très précieux pour le salut de votre âme et pour que vous puissiez vous laisser aimer et transformer pour devenir saints et saintes abandonnés dans ma Divine Volonté.  Ceux qui marchent avec Moi ont une joie profonde que personne ne peut leur enlever.  Même dans les difficultés et les souffrances, cette joie profonde y demeure au fond de votre cœur. 

C’est dans le silence de vos cœurs aussi que s’effectuent les guérisons du cœur dont vous avez besoin. Parfois, lorsque Je vous bénis par l’intermédiaire de prêtres ou de prophètes, vous recevez des grâces de guérison du cœur pour le salut de votre âme et parfois aussi de nouveaux dons et charismes pour que vous portiez du fruit auprès de vos frères et de vos sœurs dans mon Église.  N’ayez jamais peur de mes bénédictions; elles sont le fruit de mon Amour et de ma Miséricorde pour chacun de vous.   

Lorsque vous avez des grâces qui libèrent, qui guérissent les blessures profondes de vos cœurs, il vous arrive de pleurer; cela est une libération, un apaisement, une guérison pour votre cœur.  Cela peut arriver au moment d’une bénédiction, d’une parole que Je livre ou lors de la lecture de l’une de mes Paroles prophétiques qui touche votre cœur et même votre inconscient. Il ne faut surtout pas vous alarmer si vos larmes couleraient à flots quelques instants. Vous verrez par la suite, un tel apaisement, une grande paix vous envahir.  Vous êtes alors, plus que bénis de votre Dieu; vous êtes guéris d’un mal qui vous avait saisis au plus profond, parfois, de votre âme et de votre mémoire.  Tous les prophètes ont été bénis bien des fois avant de pouvoir être à mon service. 

Qui veut bénir Ma prophète?  Un volontaire, deux volontaires!   Lorsque quelqu’un vous fait du mal, croyez-vous qu’il faut le bénir?  (Le public a répondu : « OUI »)

Ensuite le Seigneur donne un exemple :

Seigneur je te demande de bénir mon frère, ma sœur ou Marie. Demandez à la Vierge!  On prie pour la personne, on peut même lui faire célébrer une messe dans des cas plus graves. Vous pouvez aussi bénir à distance dans vos prières.

Ensuite, temps d’échange avec les personnes présentes. 

Temps de partage concernant la vénération des statues, des icônes, des images puisque les catholiques sont souvent accusés à tort, par d’autres groupes de chrétiens, d’idolâtrie. 

Voici une question de l’assemblée : « Hier j’entendais sur internet, mettons quelqu’un d’autre que catholique qui prétend, que nous autres les catholiques, à  cause de nos images et de nos statues, on a des idoles. Ce type-là, prétend que ses paroles viennent du Saint-Esprit. C’est à se poser des questions, où est vraiment la vérité? »

Lucie répond dans ses mots : « Dernièrement j’ai lu quelque chose là-dessus et c’est de valeur que je n’aie pas garder la référence. Mais je sais que c’est très bien permis par l’Église catholique qu’on prie à l’aide d’image, d’icônes, de statues. L’Église n’a jamais désapprouvé cela; jamais; jamais de nos supérieurs dans l’Église »

Je peux répondre : (La réponse d’un autre participant.)    

La voici :  «Quand on est devant une statue ou une image, on fait de la vénération et non de l’adoration ».    

Deuxième question de l’assemblée : « Peut-être parce que eux pensent qu’on adore les statues?

 Lucie répond : « Non, non, on n’adore pas, on adore, devant le Très Saint Sacrement, le Seigneur.  Mais la statue elle est représentative pour nous aider à prier. L’image c’est pareille, on n’adore pas. On ne fait pas la différence entre vénérer et adorer comme il l’a dit, c’est vraiment ça ».

Après un temps de partage… 

la-vraie-image-de-jc3a9sus.jpg

Ensuite la Parole de Jésus.

Quand on vous fait du mal, portez la croix pour Moi, sans MAUDIRE, SANS CHIALER, SANS VOUS PLAINDRE.  Portez là avec amour et bénissez ceux qui vous font du tort. Et ne perdez pas, surtout pas, courage; soyez forts!  C’est l’Amour qui doit vaincre sur le mal!  Lorsque vous bénissez dans vos pensées, dans vos prières, les autres reçoivent et vous bloquez les mauvais esprits qui aimeraient bien que vous soyez tous rancuniers contre le prochain. Cela le fait rager à chaque fois  que vous bénissez. Mais plus vous bénissez, plus il perdra sa puissance. Alors aimez, ne faites qu’aimer, sans condition. Facile à dire, pas toujours facile à réaliser, ça prend des cours de pratique.

Leçon 1 :  Bénissez.

Leçon 2 :  Posez un acte de pardon.

Leçon 3 :  Dites une parole de miséricorde, allez au-devant de ceux qui vous font du tort.

Leçon 4 : Offrez quelque chose de surprenant pour que la personne se sente aimée de vous et non pas haïe, oh!  Pas facile!  Offrez une fleur, on vous la lancera peut-être au visage, c’est vous qui bénéficierez de l’odeur, réjouissez-vous! 

Quelqu’un qui vous dit (leçon numéro 5) « Ne viens plus jamais me voir, fiche moi patience »  Attendez un peu, envoyez lui une carte de fête, lui disant, je te pardonne! 

Leçon 6 :  Quelqu’un  ne veut plus vous parler?  Tu vas le voir, et tu lui dis : «  Tu ne veux plus me parler,  mais moi j’ai quelque chose à te dire :  Je ne t’en veux pas parce que tu ne veux rien savoir; tu ne savais pas que je t’aime ».

Poser une action surprenante devient inoubliable dans le cœur de quelqu’un qui refuse d’aimer, qui refuse l’amour du prochain, parce que l’amour que vous avez à donner vient de Moi votre Dieu. Mais ceux qui ne cheminent pas beaucoup dans la foi, ne le savent pas toujours.  Voyez comme il vous faut être amour!  Vous frappez à une porte, on ne vous répond pas. Pourtant vous savez que la personne est là, que pourriez-vous faire? Vous sentez qu’elle s’obstine à ne pas s’approcher de vous et vous n’y comprenez rien, que pourriez-vous faire  pour qu’elle ouvre la porte, mais aussi la porte de son cœur?  On a une idée!

 (Voici une partie du partage par la suite des membres de l’assemblée) …

Lui laisser un petit mot : « Je suis là, si tu as besoin » …Une petite visite en passant.  Demander à maman Marie de passer devant…., d’envoyer un courriel…, envoyer une lettre par la poste…, prier pour elle… Mais, dans le concret,…laisser un petit message,…demander à l’Esprit Saint de nous éclairer, lui demander quoi faire, quoi dire, ou on dit : «  Je ferai comme les chinois, je repasserai »…

Et Jésus ajouta :

Pas toujours facile d’aimer dans le quotidien, n’est-ce-pas?  C’est un dépassement  de tous les instants. C’est de toujours en faire plus le lendemain, plus que ce que l’on a fait de plus la veille. C’est toujours plus, plus, plus.  L’amour inconditionnel n’a pas de fin.  Aimer, c’est tout donner.

Message donné par Jésus à sa messagère Lucie, du Québec, le 28 février 2015