Mais qu’attendez-vous pour me regarder sur la Croix?

Soyez bénis les enfants de mon Royaume!  Vous n’pouvez pas vous imaginer combien Je vous aime et combien J’attends que vous vous décidiez à entrer dans ma demeure.  Je dis cela particulièrement à tous ceux qui sont loin de Moi, loin de mon Eucharistie, loin de ma Sainte Messe, qui ne pratiquent plus la religion catholique, qui ont tout abandonné pour mille raisons.

Que vous le vouliez ou non, Je suis  votre Créateur, Moi votre Dieu.  Il  n’y en a pas d’autres.  Pourquoi pas revenir à Moi?  Je suis la Miséricorde et le véritable Amour.  Si vous saviez combien ma Miséricorde est grande et profonde.  Pourquoi pas revenir vers Moi, votre Jésus d’Amour?  Je suis Votre Roi, pas un roi comme dans les temps anciens.  Moi, Je suis le Roi de l’Amour et du Bonheur.  Oui, Je vous fais des signes de ma Présence dans votre vie.  Avez-vous remarqué ces signes? 

Je ne veux pas vous condamner de m’avoir abandonné parce que Je connais le fond de vos cœurs, vos blessures, vos questionnements et le goût que vous avez d’une liberté totale.  Cette liberté, comme Je vous disais, elle est peut-être en train de vous rendre aussi malheureux, ou elle empoisonne plus ou moins votre vie.

  Mais qu’attendez-vous pour Me regarder sur la Croix? 

J’ai tout donné pour vous, J’ai tout enduré pour vous. 

Tout cela pour que vous soyez heureux.

Pourquoi vous vous accrochez à des choses inutiles qui comblent vos états d’âme que pour de brefs instants?  Ah! Là Je continue encore à vous questionner.

Combien de fois vous participez à des activités pour oublier un peu vos problèmes; mais quand vos activités sont terminées, vos problèmes ne remontent-ils pas dans votre tête, vous empêchant d’avoir la paix?  J’appelle cela un peu « ruminer » ses problèmes, s’apitoyer sur son sort, se décourager, s’attrister.

Je n’force pas un cœur à accueillir mon Amour.  Si vous ne voulez rien savoir de Moi, votre Dieu, Je ne peux que vous donnez des miettes d’Amour **** en attendant que vous me disiez « OUI », que vous me donniez la permission de vous donner davantage.  Je ne suis pas un Dieu qui s’impose, mais pourtant c’est souvent vous qui en avez le plus de besoin.  Ceux qui m’ont rejeté, ceux qui ne viennent plus à la messe, ceux qui croient que Je suis qu’un Dieu dans les nuages, un Dieu pas présent dans leur vie, un Dieu inaccessible ou un Dieu vengeur. 

Mais Moi je n’suis que l’Amour!

  Pourquoi avoir peur de Moi? 

Je n’vais pas vous punir, vous cogner sur la tête.

  Je désire que vous soyez heureux.


Lien pour voir la vidéo 3 (ci-bas)

 https://maranathajesus.net/2012/02/14/video-3-le-4-dec-2011-ou-sen-va-le-monde/

Jésus votre Sauveurjesus miséricorde

JE SUIS MISÉRICORDIEUX!

Soyez bénis les enfants de mon Royaume!

Prions ensemble pour les âmes sacerdotales

Prions pour les prêtres et les évêques tous ensemble en union de prière.

 

images

(Il est possible d’utiliser chaque partie pour prier un chapelet des mystères douloureux, et la dernière partie pour une prière finale).

Je m’unis à la douleur de votre Coeur Immaculé, Marie, mère des prêtres, pendant L’AGONIE de votre divin Fils à Gethsémani, et je vous en conjure, par cette douleur et celle de Jésus, obtenez à tous les évêques et à tous les prêtres la grâce d’une grande pureté d’intention dans leurs rapports avec les âmes et dans leur apostolat, et les secours dont ils ont besoin dans leurs agonies intérieures.  Ave Maria.

Je m’unis à la douleur de votre Coeur Immaculé, Marie, mère des prêtres, pendant que Jésus fut lié, traîné de tribunal en tribunal, souffleté, ridiculisé, et je vous en conjure, par cette douleur et celle de Jésus, obtenez à tous les évêques et   tous les prêtres de ne jamais rougir de Jésus-Christ, de ne jamais dissimuler leur état de vie,  » mais de se montrer en tout Serviteurs du Christ et intendants des mystères de Dieu » (1 Co 4,1), et comme tels serviteurs de leurs frères.  Ave Maria.

Je m’unis à la douleur de votre Coeur Immaculé, Marie, mère des prêtres, pendant l’horrible FLAGELLATION de votre divin Fils, et je vous en conjure, par cette douleur et celle de Jésus, obtenez à tous les évêques et à tous les prêtres, l’esprit de pauvreté, de pénitence et de mortification, et la grâce de la chasteté parfaite,pour être le sel de la terre, de dignes ministres de l’Eucharistie et des consacrés au service de l’Église universelle.  Ave Maria.

Je m’unis à la douleur de votre Coeur Immaculé, Marie, mère des prêtres, pendant que Jésus fut COURONNÉ D’ÉPINES, couvert de crachats, accablé de coups et d’injures, et je vous en conjure, par cette douleur et celle de Jésus, gardez tous les évêques et tous les prêtres de l’esprit du monde (Jn 17), préservez les de l’orgueil, de l’ambition, de la vaine gloire, et faites-leur trouver dans leur consécration au service de Jésus et de leurs frères « la plénitude de la joie » ( Jn 15,11)., Ave Maria.

Je m’unis à la douleur de votre Coeur Immaculé, Marie, mère des prêtres, lorsque vous avez accompagné sur la voie douloureuse votre divin Fils, PORTANT SA CROIX, hué par la foule et se dirigeant vers le Calvaire pour y être crucifié; et je vous en conjure, par cette douleur et celle de Jésus, donnez à l,Église des prêtres humbles et obéissants, généreux et forts, portant allègrement le fardeau de la prédication de la Parole, de l’administration des sacrements, surtout ceux du Pardon et de l’Onction des malades. Ave Maria.

Je m’unis à la douleur de votre Coeur Immaculé, Marie mère des prêtres, pendant les heures d’AGONIE ET D’INDICIBLES SOUFFRANCES de votre divin Fils SUR LA CROIX où vous l’avez contemplé couvert de plaies et tout sanglant, et je vous en conjure, par cette douleur et celle de Jésus, obtenez à tous les évêques et à tous les prêtres la grâce d’un oubli total d’eux-mêmes, d’une grande ferveur dans la célébration du Saint Sacrifice de la Messe et de la Liturgie des Heures avec le respect des normes établies par l’autorité compétente, et de prêcher par la parole et l,exemple « Jésus crucifié » (1 Co 2,2). Ave Maria.

Je m’unis à la douleur de votre Coeur Immaculé, Marie mère des prêtres, quand, DESCENDANT DU CALVAIRE, vous vous êtes enfermée dans la solitude en attendant la Résurrection de votre divin Fils, et je vous en conjure, par cette douleur et le mystère d’anéantissement que vécut Jésus le samedi saint, obtenez à tous les évêques et à tous les prêtres le don de l’oraison, une foi et une confiance inébranlables en Jésus ressuscité, une parfaite docilité au Saint-Esprit et un sincère attachement de coeur et d’esprit au magistèere de l’Église, « Lumière des nations » et « Joie et Espérance du monde ».  Ave Maria.

coeur douloureux et Immaculé de Marie; priez pour nous qui avons recours à vous.

Imprimatur, le 5 novembre 1976, Albert Sanschagrin, o.m.i. Évêque de Saint-Hyacinthe.

 

 

Jésus, je te donne mon coeur…

Jésus, je te donne mon coeur pour que tu y mettes le tien à la place et que, par conséquent, j’aime comme toi Dieu notre Père, j’aime comme toi tous mes frères et soeurs.

Que ce ne soit plus moi qui vive, mais toi;

plus moi qui prie, qui adore, mais toi;

plus moi qui souffre, mais toi, que ce ne soit plus moi qui aime, mais toi.

Que ton regard transfigure mes yeux pour que je voie mes semblables comme toi, tu les vois, avec bonté et bienveillance.

Que ta Lumière remplisse mon esprit, qu’à travers moi,

elle rayonne et éclaire ceux que je rencontre.

Que ton amour brûle mon coeur et passe dans des paroles et des gestes pleins de ta douceur, de ta tendresse.

Que ma vie soit une incessante louange d’adoration et d’amour à Dieu, notre Père, par un oui sincère à sa Volonté de tous les instants.

Mère Julienne du Rosaire

 

Consécration au Coeur de Jésus

Consécration au Coeur de Jésus

(d’après Sainte Marguerite-Marie)

St-Coeur de JÉSUS AMOUR

Je donne et consacre au Coeur de Jésus, ma personne et ma vie, 

mon coeur, mon intelligence, ma mémoire et ma volonté,

mes joies et mes peines, mon passé et mon avenir,

afin que tout ce que je ferai et souffrirai soit pour l’amour

et la gloire de Dieu.

Je donne et consacre au Coeur de Jésus,

en toute confiance et amour, ma famille avec ses joies et ses souffrances,

l’avenir de chacun d’entre nous, notre travail, notre maison,

nos gestes les plus simples.

Seigneur Jésus, je choisis votre Coeur pour ma demeure,

afin qu’il soit ma force dans la lutte, mon soutien dans la faiblesse,

ma lumière et mon guide dans les heures de ténèbres,

le réparateur de mes fautes.

Coeur de Jésus, brûlez en moi tout ce qui vous déplaît ou vous résiste,

que jamais je ne vous oublie, que jamais je ne sois séparé(e) de vous

et que je demeure toujours votre serviteur.

Amen!

Prière du prêtre Jean-Paul Regimbal

ANGE PRIER

Seigneur Jésus-Christ, tu nous a appris à prendre autorité sur les esprits malins qui exercent sur nous des oppressions.  En ton NOM, Seigneur Jésus PAR TES SAINTES PLAIES ET PAR TA CROIX, je prends autorité contre tous les esprits de ténèbres qui obsèdent ma mémoire, ma sensibilité et mon imagination.  

Je commande et j’ordonne PAR LE NOM DE JÉSUS que tous ces esprits retournent là où ils appartiennent et que je sois libéré à jamais de leur influence néfaste.

Seigneur Jésus, je t’appartiens parce que tu m’as racheté PAR TON SANG, je suis TON BIEN ET TA PROPRIÉTÉ.  DÉLIVRE-MOI de tout ce qui m’accable pour que je puisse jouir de TA PRÉSENCE et de TA PAIX dans la douce liberté des enfants de Dieu.  Béni sois-tu Seigneur Jésus.

Père Jean-Paul Régimbal

Appel à la conversion, livre de Jérémie (7,23-28)

Parole pour tous  les enfants de Dieu en Église en ces temps.

Parole du Seigneur.    » Voici l’ordre que j’ai donné à vos pères.  Soyez attentifs à ma voix.  Alors je serai votre Dieu, et vous serez mon peuple; suivez jusqu’au bout la route que je vous prescris, et vous serez heureux. « 

Mais ils n’ont pas écouté, ils n’ont pas prêté l’oreille, ils ont suivi les mauvais conseils de leur coeur obstiné; ils ont reculé au lieu d’avancer.  Depuis le jour où vos pères sont sortis d’Égypte jusqu’à aujourd’hui, j’ai envoyé vers vous tous mes serviteurs, les prophètes, je l es ai envoyés inlassablement.  Mais vous ne m’avez pas écouté, vous n’avez pas prêté l’oreille, vous avez raidi votre cou, vous avez été pires que vos pères.

Tu auras beau leur répéter ces paroles, ils ne t’écouteront pas davantage.  Tu pourras les appeler, ils ne répondront pas.  Tu leur diras alors:   » Voilà bien la nation qui n’a pas été attentive à la voix du Seigneur son Dieu, et ne s’est pas laissé former par lui!  La fidélité est morte; on n’en parle plus. « 

Oui, aujourd’hui, ne fermons pas notre coeur, mais écoutons la voix du Seigneur. (Psaume 94 (95)

Parole que vous trouverez dans votre prions en Église en date du 3 mars 2016 en page 35.