Ma Miséricorde transforme les coeurs blessés…

Ma Miséricorde transforme les cœurs blessés par le péché et la souffrance.

Mes enfants, Je veux vous dire «MERCI » ceux qui croient en Moi, en mes Paroles prophétiques en plus de mes Paroles d’Évangile. 

Ma Miséricorde, comme cela est grand!  Si grand!

  Si grand que, parfois, plusieurs de mes enfants ont de la difficulté à l’accueillir; car c’est un débordement de mon Amour, un grand signe de mon Amour pour tous mes enfants. Si vous êtes capables de pardonner à ceux qui vous blessent le cœur, c’est parce que J’ai réussi à déposer des grâces de Miséricorde en vous. 

Le temps avant la pâque, c’est un temps précieux pour cheminer dans la foi, dans le silence et faire un examen de conscience sur sa vie de foi, sur sa vie de tous les jours et regarder si vous avez pu m’offenser ou blesser le cœur de vos amis, de vos enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants, vos frères et vos sœurs dans la foi, vos frères et vos sœurs dans vos familles.  C’est un temps de faire un peu de lumière en vous et d’accueillir davantage ma Lumière, qui est Parole de Vie, que Je vous partage avec tout mon Cœur de Miséricorde et d’Amour.

Je sais, plusieurs de mes enfants n’aiment pas le mot, entre guillemets, « péchés ».  Le mot « péché », un mot que l’on a presque enlevé dans mes paroisses, dans plusieurs des homélies.  On n’ose plus beaucoup en parler et expliquer le sens profond du péché.  Autrefois, on osait dire : « le péché mortel et le péché véniel ».  Aujourd’hui, on n’en fait rarement la distinction et on en explique plus le sens, la plupart du temps.  Alors mes enfants, qui peu nombreux, si peu nombreux à revenir dans les paroisses, n’ont pas toujours des réponses à leurs questionnements.  Ils voudraient bien, peut-être, se confesser mais ils ne savent plus trop par quel bout commencer puisqu’ ils leur manquent aussi de l’information.

Mes prêtres, vous avez peut-être des choses à expliquer davantage et ouvertement à mes enfants, dans mon Église, et à oser dire la vérité de ma droiture, de ma très grande droiture. 

Je fais appel à votre aide afin que soient mieux informés mes enfants dans mon Église, partout dans mes paroisses, mes cathédrales, mes sanctuaires ou mes basiliques.  J’ai besoin de votre aide.

  N’ayez pas peur de dire les vrais mots : « le péché, c’est le péché ».  Les faiblesses, parfois, on pourrait appeler cela le péché véniel, n’est-ce pas?  Toutes les petites faiblesses.  Et on n’ose pas dire que l’avortement, par exemple, c’est un péché mortel.  Tuer la vie, c’est un péché mortel.  Que ce soit par avortement, par un meurtre ou par l’euthanasie, cela c’est un péché mortel.  Tout ce que Je viens de vous dire, c’est tuer la vie.  Ou accélérer la mort, c’est aussi tuer la vie car c’est enlever une partie du temps de la vie à une personne.

Mes prêtres, Je m’adresse à vous!  J’ai besoin que vous soyez de plus en plus disponibles au confessionnal, avant les saintes messes.  Je sais, votre horaire est parfois chargé.  Mais vous pouvez toujours offrir d’autres moments, qu’avant la sainte messe, pour des confessions à mes enfants, pour vous rendre disponibles, pour leur accorder l’absolution en mon Nom, au Nom de votre Dieu, Christ et Sauveur!

Mes prêtres, je vous le dis : « J’ai énormément besoin de vous, en ces temps, et encore davantage dans les prochaines années ».  Demandez-moi des grâces de force et de courage, de persévérance et de Lumière car vous en aurez de besoin, grandement de besoin. 

Plus mes enfants, dans mon Église, écouteront et pourront écouter mes saints prophètes, à mon service actuellement dans les mois et les années à venir, et plus ils pourront se repentir, reconnaître leurs faiblesses, donc leurs péchés, et vouloir progresser dans leur foi pour ainsi aller, de plus en plus, au confessionnal pour avouer leurs péchés.  Ainsi, ils seront de plus en plus libérés de leurs maux, de leurs blessures affectives et émotives; car les péchés, tous mis ensembles dans un même sac dans le cœur d’une personne, c’est comme une grande maladie, un peu comme la gangrène qui vient gruger la beauté intérieure d’une personne et qui a des conséquences non seulement sur l’âme, le côté du cœur au niveau psychologique, affectif, émotionnel mais aussi des répercussions sur tout le corps.  C’est pourquoi tous les péchés, ils doivent être lessivés par le sacrement du pardon. 

Une bonne partie des guérisons de mes enfants se réalisent au travers l’aveu des péchés, un sincère repentir du pécheur, donc de vous mes enfants, et de ma Miséricorde que Je vous accorde au travers l’absolution de mes prêtres, lors des confessions.  En plus Je déverse en chacune des âmes, des âmes qui viennent libérer leur cœur de leurs péchés, des grâces de purification qui nettoient le cœur et l’âme avec, non pas des SOS, des tampons récurrents ou du « Ajax », mais Je le fais par le feu de mon Amour. 

C’est pourquoi plusieurs de mes enfants, après une bonne confession, versent des larmes.  Ce sont des larmes de libération, des larmes d’avoir senti mon Amour brûler vos cœurs.  Et là, s’installent une paix et aussi une joie dans le cœur de celui qui m’a tout avoué de ses manquements d’amour, envers le prochain et Moi-Même, votre Dieu.  Oui, grâce à des aveux sincères, mes enfants retrouvent une certaine paix dans le cœur et après chaque confession, votre âme devient plus pure et prête à accueillir l’Eucharistie; tout l’Amour de votre Dieu d’Amour, de votre Jésus, ce qui permet de continuer à guérir et à fortifier les cœurs blessés…

Je vous aime mes enfants, votre Dieu Sauveur.

Extrait vidéo 8:  LA MISÉRICORDE DE DIEU, le 11 mars 2012.