L’examen de conscience…mais pourquoi pas!

Le deuxième, (PÉCHÉ) qui est aussi difficile (À SE DÉFAIRE):  c’est les jugements contre le prochain et même contre Dieu.  Si vous critiquez mes Paroles, vous jugez votre Dieu.

  Les critiques, ce sont des jugements.  Oui, mais vous allez peut-être me dire : « Il y a les bonnes critiques et les mauvaises, donc les bons jugements ou les mauvais jugements ».  C’est vrai, dans un sens.  Mais il faut quand même faire attention, même dans les bons jugements.  Les jugements, Je pourrais en parler longuement!

Et que dire de vos pensées? 

Et des regards de jugement?

  Moi qui connais toutes vos pensées, vous ne pouvez rien me cacher.  N’oubliez pas de dire au confessionnal : « Pardon Seigneur, pour toutes mes pensées qui auraient pu t’offenser et nuire au prochain et à moi-même ». 

Puis il y a tous les autres péchés : la colère! 

Y a-t-il vraiment de saines colères?  Parfois on dit cela, maintenant, que de faire une bonne colère ça fait du bien.  Mais a-t-on pensé aux conséquences des colères?  Êtes-vous certains que ça fait tant de bien que cela? 

Est-ce que Moi, votre Dieu, et mon Fils, Jésus, on s’est mis souvent en colère?  Ou bien si nous avons été, jusqu’à présent, extrêmement patients avec vous tous, chers enfants?

Cela fait longtemps que l’on vous proclame nos Paroles pour vous dire comment être des enfants d’amour?  Cela par la Parole d’Évangile. 

Et comme c’est difficile de comprendre! 

Je passe par mes prophètes pour vous donner des exemples pour mieux aimer, pour vous faire prendre le bon chemin, celui de l’Amour, celui de ma Miséricorde. 

Je vous dis que la colère c’est un péché, ce n’est pas un moyen de défoulement. 

Cela ne doit pas être ainsi pour exprimer son trop plein d’émotions, taper sur la tête à tout le monde par des paroles injurieuses, par des paroles de dureté, ou en voulant briser bien des objets, ou frapper des personnes et même jusqu’à tuer. 

C’est grave la colère mes enfants!  Cela a beaucoup de conséquences sur les autres. 

Cela provoque des peurs, des inquiétudes chez les autres et parfois même de la rancune.  Ils ont de la difficulté à vous pardonner. 

Vos péchés parfois entraînent d’autres péchés chez les autres ; cela c’est important de le comprendre. 

Vos péchés ont des conséquences, même parfois sur votre santé, tout comme le péché de la gourmandise; manger avec excès, boire avec excès et développer des maladies.  Parfois c’est l’obésité, pas toujours dû à cause d’un problème dysfonctionnel au niveau physique ou émotionnel, mais tout simplement par abus d’avoir trop bien mangé plus que ses besoins normal, physiologique. 

La gourmandise c’est continuer à manger même quand on n’a plus faim, plus du tout faim, simplement parce que c’est bon ou délicieux. 

On oublie parfois de me confesser ce péché.  Voyez, certains péchés apportent des maladies physiques : la colère qui parfois apporte des problèmes d’estomac, de digestion, de pression artérielle, des troubles de sommeil et d’autres problèmes aussi de santé. 

(Mes enfants, prenez conscience de vos péchés avec courage et humilité!)

Extrait:  vidéo 8

Vas et ne pèche plus!, cultive l’humilité…les vertus!

Alors, si l’un de tes problèmes c’est d’être indiscret, de ne pas te mêler de tes affaires, d’écouter aux portes, alors tu devras cultiver les vertus, de la discrétion.  Cela s’apprend!  Si ton plus grand péché c’est l’orgueil, alors cultive l’humilité.  Prends la dernière place dans les conversations.  Essaie d’être le dernier au lieu du premier, sauf dans les bancs d’église.  Tu pourrais peut-être un plus te rapprocher de mes prêtres, de la Parole de Dieu.  Ton problème, c’est l’orgueil; alors informe-toi par de bons livres spirituels qui pourront te guider dans les voies de la vertu, de toutes les vertus. 

L’orgueil, c’est le péché le plus insinueux, le plus difficile parfois à discerner même pour des directeurs spirituels. 

Le manque de modestie est souvent relié à la vanité.  La vanité, elle qui est une forme d’orgueil, c’est comme si il y avait des étages dans l’orgueil. 

Plus facile encore de tomber dans le péché de l’orgueil, ceux qui sont au service des autres et qui reçoivent beaucoup de félicitations, beaucoup de remerciements; puisqu’il est facile de s’attribuer tout à soi-même, au lieu de tout donner à Dieu et de reconnaître que tout ce que vous faites, tout ce que vous dites, tous vos talents, vos dons, vos charismes, vos connaissances, que cela n’appartient qu’à Dieu puisque c’est votre Dieu qui donne tout. 

Jésus BERGER N’est-ce pas que c’est Moi qui donne tout?  Alors, mes enfants, soyez tout-petits, plus que tout-petits, devant Moi votre Dieu et vos frères et sœurs.  Vous n’avez aucun mérite de me servir et de secourir le prochain.  C’est Moi qui vous donne les forces de le faire, l’inspiration pour aider les autres.  Je vous le dis : « L’orgueil, c’est le plus grand de vos péchés, le plus difficile à vous débarrasser ». 

Extrait: vidéo 8, en haut de la page d’accueil.

 

 

Mes enfants, prenez vous en main pour demander mon pardon!

Mes enfants, il vous faut du courage, une force intérieure, de l’humilité pour avouer vos péchés, les uns après les autres, après des examens de conscience approfondis.  Je le sais cela vous demande toujours des efforts, mais comme elle est grande votre récompense !  Car, à chaque fois j’augmente aussi la foi dans votre cœur et, de plus en plus, ma paix vous envahit.  Mais après que vous êtes venus me voir au confessionnal, parce que Je suis là en mon prêtre et Je t’attends, après tu es supposé avoir suffisamment de force, de courage pour aussi demander pardon à tous ceux que tu as blessés et que tu m’as confiés en secret. 

Par exemple, tu viens me voir pour me dire : « Seigneur, je te demande pardon parce que j’ai parlé contre ma belle-sœur, parce que ma langue est remplie de méchancetés ».  Alors si tu m’as confié que ta langue, parfois, c’est ton pire ennemie en quelque sorte, alors ta langue doit apprendre à s’humilier et à faire réparation envers ton prochain.  C’est peut-être encore plus difficile de rencontrer ta belle-sœur, lui écrire un mot, ou lui téléphoner pour lui dire : « Me pardonnes-tu?  J’ai parlé contre toi, je t’ai jugée, j’ai eu des mauvaises pensées, je n’ai pas été correcte, j’ai même démoli ta réputation auprès de mes amis et de la famille ».  C’est ce que je veux dire par faire  « réparation ».  Avoir la force de demander « pardon », de faire un acte de « réparation ».  C’est la deuxième étape. 

Il y a une troisième étape dans le « pardon » : C’est  vivre mon Évangile.

Quand J’ai dit : « Vas et ne pèche plus! »; alors si ton problème c’est ta langue, alors tu dois apprendre, peut-être, à faire silence afin d’éviter de parler contre ton prochain.

Alors tu vois il y a 3 étapes, mon enfant, dans Ma Miséricorde. 

La première et la deuxième étape, tu peux toujours les inverser, commencer par demander pardon au prochain, ensuite à ton Dieu, au confessionnal.   Mais la troisième étape, elle, ne peut pas changer.  Elle te demande de faire des efforts pour ne plus tomber constamment dans les mêmes faiblesses.  Alors tu te dis : « Oui, mais c’est pas facile de ne pas parler contre le prochain, de ne pas avoir jamais de mauvaises pensées, de toujours bien agir ».  Mais Moi Je te dis, qu’avec mes grâces et en marchant de plus en plus en profondeur dans la foi, tout te sera moins difficile pour combattre les péchés.  Ça prend d’abord l’aveu de ses péchés; ensuite, faire réparation comme Je l’ai dit et à combattre des péchés en apprenant à vivre les vertus qui sont, elles, contraires au péché. 

Votre Dieu Sauveur

Extrait: vidéo 8DIVINE MERCY PHOTO