Mes enfants, prenez vous en main pour demander mon pardon!

Mes enfants, il vous faut du courage, une force intérieure, de l’humilité pour avouer vos péchés, les uns après les autres, après des examens de conscience approfondis.  Je le sais cela vous demande toujours des efforts, mais comme elle est grande votre récompense !  Car, à chaque fois j’augmente aussi la foi dans votre cœur et, de plus en plus, ma paix vous envahit.  Mais après que vous êtes venus me voir au confessionnal, parce que Je suis là en mon prêtre et Je t’attends, après tu es supposé avoir suffisamment de force, de courage pour aussi demander pardon à tous ceux que tu as blessés et que tu m’as confiés en secret. 

Par exemple, tu viens me voir pour me dire : « Seigneur, je te demande pardon parce que j’ai parlé contre ma belle-sœur, parce que ma langue est remplie de méchancetés ».  Alors si tu m’as confié que ta langue, parfois, c’est ton pire ennemie en quelque sorte, alors ta langue doit apprendre à s’humilier et à faire réparation envers ton prochain.  C’est peut-être encore plus difficile de rencontrer ta belle-sœur, lui écrire un mot, ou lui téléphoner pour lui dire : « Me pardonnes-tu?  J’ai parlé contre toi, je t’ai jugée, j’ai eu des mauvaises pensées, je n’ai pas été correcte, j’ai même démoli ta réputation auprès de mes amis et de la famille ».  C’est ce que je veux dire par faire  « réparation ».  Avoir la force de demander « pardon », de faire un acte de « réparation ».  C’est la deuxième étape. 

Il y a une troisième étape dans le « pardon » : C’est  vivre mon Évangile.

Quand J’ai dit : « Vas et ne pèche plus! »; alors si ton problème c’est ta langue, alors tu dois apprendre, peut-être, à faire silence afin d’éviter de parler contre ton prochain.

Alors tu vois il y a 3 étapes, mon enfant, dans Ma Miséricorde. 

La première et la deuxième étape, tu peux toujours les inverser, commencer par demander pardon au prochain, ensuite à ton Dieu, au confessionnal.   Mais la troisième étape, elle, ne peut pas changer.  Elle te demande de faire des efforts pour ne plus tomber constamment dans les mêmes faiblesses.  Alors tu te dis : « Oui, mais c’est pas facile de ne pas parler contre le prochain, de ne pas avoir jamais de mauvaises pensées, de toujours bien agir ».  Mais Moi Je te dis, qu’avec mes grâces et en marchant de plus en plus en profondeur dans la foi, tout te sera moins difficile pour combattre les péchés.  Ça prend d’abord l’aveu de ses péchés; ensuite, faire réparation comme Je l’ai dit et à combattre des péchés en apprenant à vivre les vertus qui sont, elles, contraires au péché. 

Votre Dieu Sauveur

Extrait: vidéo 8DIVINE MERCY PHOTO