Je souffre tant pour vous mes prêtres, cessez le l’ignorer!

Message adressé spécialement aux âmes sacerdotales dans mon Église en ce Jeudi Saint, 24 mars 2016.

Votre Jésus Sauveur qui vous parle; écoutez-Moi,

croyez en Moi!

Tous les jeudis saints, Je souffre davantage des sacrilèges occasionnés par le non-respect des règles officielles de la distribution de ma Sainte Eucharistie et de mon Très Précieux Sang perpétuées par plusieurs de mes ministres sacrés, mes âmes sacerdotales;  invitant les fidèles à faire l’intinction eux-même dans le Calice avec l’Eucharistie dans leur main.

J’ai honte de ce que l’on fait, de ce que l’on encourage de faire pour un soi-disant plus grand respect de tous.  Cela concerne la manière de M’accueillir en ce grand jour solennel du sacerdoce en mon Église, cela Me concerne tout d’abord.

C’est à cause des entêtements de certaines âmes sacerdotales que des sacrilèges se produisent encore, lors des célébrations Eucharistiques, que des parcelles de mon Corps et des gouttelettes de mon Précieux Sang tombent n’importe où et sur les planchers.

On utilise qu’exceptionnellement les patènes requises,  avec manche, pour éviter le pire en ce qui Me concerne.

On préfère presque toujours les exposer comme objets d’art sacrés dans les cathédrales… comme objets devenus inutiles pour Me servir en Église pour plaire à tous les touristes des lieux saints en Église.  C’est un objet qui est considéré ne plus être à la mode et nécessaire aujourd’hui envers Moi votre Seigneur!

 C’est cela votre foi et votre respect envers Moi votre Seigneur! 

On me traite, en M’insultant encore,  de moins en moins en Roi de l’Univers, Roi en mon Église sacerdotale.  

On arrache ce qui M’appartient pour Me protéger, on Me néglige dans l’Eucharistie et vous voulez Me laisser sans voix en plus pour crier, Abba Père, ils ne savent plus ce qu’ils font, pardonne-leur, tout tourne en dérision dans mon Église!

Alors, l’on fait de Moi, n’importe quoi, comme si Je n’étais rien qu’un signe dans mon Eucharistie, dans mon Très Précieux Sang!

  Vous savez, ce n’est point aux fidèles qu’il faut plaire en recherchant à leur permettre de faire n’importe quoi avec Moi, Je dis bien avec MOI, DE MOI, DE MON EUCHARISTIE! 

C’est simple, on ne me respecte pas vraiment beaucoup dans mon Église, ni par les manières de Me servir par mes objets sacrés, par mon Saint Calice et  mon Saint Ciboire, en ayant un très grand respect.

 On laisse aussi à l’occasion des fidèles toucher mes objets sacrés lors des célébrations Eucharistiques, cela doit être fait que par vous Mes prêtres consacrés ou les diacres.  Les cœurs sont si froids parfois que Je ne désire pas y demeurer bien longtemps, Je préfère fuir au désert et supplier Mon Père l’Éternel pour vous mes âmes sacerdotales.

PARFOIS on veut tellement respecter les fidèles qui veulent M’accueillir n’importe comment, que l’on permet trop souvent des gestes contraires à mes Volontés, on dit des paroles contraires à mon Amour, contraires au très grand respect que TOUS ME DOIVENT TANT! 

Alors, des sacrilèges se multiplient parce qu’on manque d’un profond respect pour RESPECTER, au MOINS, le minimum des règles Eucharistiques établies en mon Église, RÈGLES QUI SONT À AMÉLIORER POUR ÊTRE CONFORMES À MES VOLONTÉS.

 Je dis bien ici : d’un minimum de règles, car le maximum n’a jamais été atteint sauf, il y a bien longtemps par certains Papes qui ont glorifié mon Nom en Église par leur fidélité à mes Volontés pour mon Eucharistie et mon Très Précieux Sang. 

 Certains ont tout fait, afin que mon Eucharistie soit très respectée par les âmes sacerdotales et les fidèles.  On distribuait l’Eucharistie que sur la langue des fidèles et cela ne dégoûtait aucuns serviteurs sacrés comme cela se produit aujourd’hui. 

On avait vraiment la FOI, une vraie foi en Moi! 

 De même, croyez-vous qu’il y avait à leur époque des messes noires avec mes Eucharisties pour me faire davantage souffrir? 

Aujourd’hui, c’est ce que vous permettez qu’il M’arrive, âmes sacerdotales, avec vos infidélités avec mon Eucharistie, avec vos permissions non conformes à mon Amour et dans ma Sainte Volonté. 

Vous permettez que l’on me piétine dessus, que l’on fasse n’importe quoi avec Moi.

 On a si peu de foi que l’on ne me défend même pas, on laisse tout aller à la dérive!  

Sauf quelques âmes sacerdotales qui ont pris la parole pour Moi, convaincues que Je SUIS LE ROI DES ROIS EN L’EUCHARISTIE ET QU’IL FAUT À TOUT PRIX ME PROTÉGER DES SACRILÈGES, DES MESSES NOIRES. 

 Mais ces âmes sacerdotales crient dans le désert pour Moi, mes souffrances, mais on n’entend pas ENCORE puisque rien ne change.

Au contraire, la situation devient alarmante dans mon Église et on ne voit plus clair! 

L’aveuglement ne peut conduire des âmes à la Lumière, dans la Lumière. 

Je suis la Lumière du monde, écoutez-Moi, revenez à Moi, prosternez-vous devant ma Sainte Présence! 

Pleurez pour vos péchés!

Ô âmes sacerdotales que Je chéris tant, vous êtes la grande cause de tant de mes souffrances en mon Église!

J’aimerais vous dire que vous ne faites que ma joie, mais Je serais qu’un pauvre menteur envers vous.

Je ne suis que la Vérité, rien que la Vérité!

Toutes vos infidélités, en mon Église, concernant les règles établies de mon Eucharistie me peinent beaucoup, énormément et encore davantage, lorsque vous vous entêtez à suivre les mauvaises voies de votre esprit peu enclin à s’humilier facilement et  à reconnaître mes Vérités que Je vous dis avec tout mon Cœur par Amour et Miséricorde.

(Suite à venir, demain…)